Les terrains de foot synthétiques sont-ils dangereux pour la santé ?

23 février 2018 - 17:13

C’est la question que pose le magazine Envoyé spécial qui a enquêté sur les émanations chimiques de ces revêtements. Le ministère de la Santé a lancé une étude et la mairie de Paris renonce pour l’instant à en construire de nouveaux comme New York, la Suède.

Sur le papier, les pelouses artificielles ont tout pour plaire. Elles n’ont pas besoin d’eau pour pousser, ne sont pas détrempées quand il pleut, ne s’abîment pas quand on les piétine. Pas étonnant qu’elles équipent 2800 stades de football et des centaines de petits terrains en salle. Mais ce matériau miracle suscite aujourd’hui l’inquiétude croissante de nombreuses villes, au premier rang desquelles Paris, du fait de la composition de ces gazons synthétiques, susceptibles de dégager des émanations toxiques.

Comme le révèle le magazine Envoyé spécial diffusé jeudi soir, plusieurs villes américaines ont décidé depuis longtemps de renoncer à ces revêtements, notamment New York.

A Paris, la mairie a suivi le même mouvement et décidé fin 2017 de ne plus y avoir recours jusqu’à nouvel ordre. Si les élus parisiens s’inquiètent, c’est notamment pour la santé des enfants qui foulent régulièrement ces terrains.

En cause : les granulés de caoutchouc recyclé issu de pneus usagésrépandus entre les fibres d’herbe plastifiée pour amortir le passage des joueurs. Ces petites billes noires de 2 mm d’épaisseur contiendraient de nombreuses substances toxiques potentiellement cancérigènes, notamment des métaux lourds et des hydrocarbures aromatiques, susceptibles d’être inhalées ou ingérées.

L’Anses saisie

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) vient d’être saisie de cette problématique par le ministère de la Santé. « Durant les matchs, les sportifs sont grandement en contact avec les granulés de caoutchouc, noircissant leurs articulations et leurs mains. » Dans un précédent rapport, l’Agence estimait qu’il était « pour l’instant impossible de conclure à un risque sanitaire ». Mais elle reconnaît que « des incertitudes demeurent ».

A la demande du ministère de la Santé, l’agence vient donc de lancer il y a quelques jours de nouveaux travaux pour déterminer l’exposition des usagers de ces pelouses synthétiques aux produits chimiques qui en émanent. « Jusqu’ici les études officielles publiées ont été plutôt rassurantes, mais pour savoir s’il y a vraiment un risque, il nous faut déterminer précisément quelles substances sont susceptibles d’être émises dans l’air et savoir ce qui peut être ingéré par un enfant ou passer à travers sa peau », souligne le directeur adjoint de l’Anses, Gérard Lasfargues.

Principe de précaution

Et si des études menées aux Pays-Bas en 2016 ont conclu à l’innocuité de ces matériaux pour la santé, la mairie de Paris, qui en possède 59, a décidé de dire stop au synthétique dans l’attente d’analyses toxicologiques approfondies. « Ces gazons synthétiques coûtent moins cher et durent plus longtemps qu’une pelouse naturelle, mais le principe de précaution doit prévaloir le temps de mieux connaître leur impact sanitaire », explique le maire-adjoint de Paris délégué aux sports Jean-François Martins.

Dans le cadre de son enquête, le reporter d’Envoyé spécial, Olivier Cibile, a fait analyser la teneur en hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) de deux terrains situés à La Défense et en Seine-et-Marne. Résultat : « Des niveaux de HAP 25 à 35 fois plus élevés que ce que l’on tolère dans les jouets. »

« Une vaste étude rendue en mars 2017 par l’Agence européenne des produits chimiques a conclu qu’il n’y avait pas de preuve scientifique d’une augmentation des risques de cancer liés à ces matériaux », souligne pour sa part Emmanuel Orhant, le directeur médical de la Fédération française de football.

Alors que la France inaugure en moyenne 200 nouveaux terrains synthétiques chaque année, des produits plus « naturels » commencent à apparaître. Fini les pneus recyclés : sur les nouvelles pelouses artificielles, on gambade désormais sur des granulés à base de liège et de noix de coco.

Commentaires

Staff
TT TT
TT TT 23 février 2018 17:14
Entraîneur

Depuis 10 ans on en parle!!!!

Pl Equipe Pts Jo G N P F BP BC Dif
1 LEZOUX F.C 51 22 16 3 3 0 67 26 0 41
2 ORCET U.S 46 22 14 4 4 0 49 26 0 23
3 CENDRE F.A 2 44 22 14 2 6 0 60 28 0 32
4 LUZILLAT R.C. 35 22 10 5 7 0 50 39 0 11
5 MOISSAT A.S 31 22 9 4 9 0 35 35 0 0
6 MEZEL F.C 31 22 9 4 9 0 52 57 0 -5
7 CLT BIBLIOTHEQUE 30 22 9 3 10 0 43 37 0 6
8 MOZAC U.S 2 26 22 7 5 10 0 31 41 0 -10
9 VIC LE COMTE U.S 2 25 22 7 4 11 0 34 49 0 -15
10 MALINTRAT A.S 24 22 6 6 10 0 37 48 0 -11
11 LIMONS U.S 18 22 5 3 14 0 36 60 0 -24
12 ENNEZAT U.S 2 10 22 2 5 14 1 22 70 0 -48
Pl Équipe Pts Jo G N P F Bp Bc Dif
1 ST JULIEN COPPEL 54 22 17 3 2 0 77 12 0 65
2 JOB AS 50 22 14 8 0 0 57 12 0 45
3 CUNLHAT A.S 41 22 12 5 5 0 47 35 0 12
4 U.S. ORCETOISE 35 22 9 8 5 0 40 30 0 10
5 ROCHE BLANCHE AS 34 22 10 4 8 0 34 35 0 -1
6 GLAINE MONTAIGUT AL 27 22 8 4 10 0 42 48 0 -6
7 ST MAURICE ES ALLIER 25 22 6 7 9 0 29 44 0 -15
8 ST GERMAIN LEMBRON 24 22 6 6 10 0 25 41 0 -16
9 F.C. LEZOUX 23 22 6 5 11 0 32 42 0 -10
10 BILLOM S.C. 19 22 5 5 12 0 29 42 0 -13
11 U.S. MENETROL 13 21 3 5 13 1 17 55 0 -38
12 BRASSAC CSA 13 21 4 2 15 1 27 60 0 -33
Pl Équipe Pts Jo G N P F Bp Bc Dif
1 J.S. ST PRIEST DES C 27 14 8 3 3 0 34 25 0 9
2 ST GERMAIN LEMBRON 24 14 8 0 6 0 55 36 0 19
3 ST SAUVES TAUVES 24 14 7 3 4 0 30 30 0 0
4 U.S. ORCETOISE 23 14 7 2 5 0 30 21 0 9
5 BROMONT LAMOT 19 14 6 1 7 0 29 23 0 6
6 MESSEIX U.S 19 14 6 1 7 0 31 25 0 6
7 CISTERNES AS 13 14 4 1 9 0 20 45 0 -25
8 ST ANGEL ES 12 13 4 1 8 1 14 38 0 -24